Livraison Standard Offerte à Partir de 49 € d'Achat

Comment Lire une Etiquette de Vin ?

choisir son vin

Lire une Etiquette de Vin 

 

Qui n’est pas resté perplexe devant un rayon de vins d’un supermarché en lisant les étiquettes pour essayer de guider son choix d’achat ? 

Comment se faire une idée d’un vin en s’appuyant sur les informations inscrites sur l’étiquette et la contre étiquette?

Entre les mentions obligatoires, les informations purement marketing, les labels, ce n’est pas toujours facile de comprendre une étiquette.   

Voici un article qui devrait vous aider à mieux décrypter ces étiquettes et faciliter votre choix. Pour mieux se repérer, j’évoquerai uniquement les étiquetages français sur les vins tranquilles, c'est-à-dire les vins qui ne sont pas effervescents (sans bulles).

8 mentions soumises à des obligations et à des interdictions, doivent impérativement figurer sur l'étiquette et la contre étiquette (au dos de la bouteille).  Elles assurent notamment la traçabilité du vin, la sécurité alimentaire et la prévention contre les effets additifs de l’alcool. 

 

Voici les 8 mentions obligatoires :

 

1 - Premier message sanitaire que vous connaissez très certainement, le logo ou le message déconseillant l'alcool au femmes enceintes. 

 

2 - La deuxième mention concerne les subtances allergènes qui doivent être mentionnées sur une étiquette, dès qu'elles sont détectables. Dans le vins vous êtes susceptible de trouver des produits à base d'œufs et de lait qui peuvent être utilisés pour la filtration et le collage des vins. On peut souvent lire sur une étiquette de vin, la mention "contient des sulfites". En effet, cette indication est obligatoire lorsque les sulfites sont présents en quantité supérieure à 10 mg/l. Une de ces 3 indications peut être indiquée:  « Contient des sulfites », « Contient de l’anhydride sulfureux `` ou  « Contient du dioxyde de soufre ». 

 Les sulfites existent naturellement dans le vin. Ici on parle de sulfites ajoutés par le vigneron qui les utilise en tant qu’antioxydants et antiseptiques pour stabiliser et garder son vin.

 

3 - Le taux d'alcool contenu dans le vin après fermentation doit être indiqué en pourcentage par le producteur. En général vous allez retrouver des taux qui peuvent varier entre 8% à 15%. Ce taux vous donne une idée de la maturité des raisins au moment de la récolte. Plus le raisin est exposé au soleil et à la chaleur, plus il sera sucré. Ce sucre se transforme en alcool en totalité ou partiellement lors de la fermentation alcoolique. Si je simplifie cette logique, car dans le monde du vin vous avez beaucoup d'exceptions, on peut dire que dans les régions chaudes vous allez plutôt trouver des vins autour de 13,5° - 14° alors que les vins provenant de climats frais auront un taux d’alcool autour de 11 à 13 °.

Pensez aux étés très chauds que nous avons eu ces dernières années, qui ont créé des millésimes plus forts en alcool même dans les régions fraîches. 

 

4 - La traçabilité de la bouteille est assurée par le numéro du lot. Ce numéro est obligatoirement indiqué sur l’étiquette et il permet d’identifier le produit d’un même lot.

 

5 - La provenance mentionne l’indication du pays où les raisins ont été récoltés et vinifiés. 

Les vins SIG sont en général étiquetés "Vin de France". Pour les AOP et les AOC, vous verrez plutôt la mention "Produit en France ou Produit de France".

 

6 - L'identité de l'embouteilleur doit aussi être mentionnée sur l’étiquette. Pour rappel l'embouteilleur met le vin en bouteille, le bouchon et colle l’étiquette sur la bouteille.  C’est le terme "embouteilleur" ou "mis en bouteille par" qui est indiqué. 

L’obligation est d'indiquer comme embouteilleur celui qui procède ou fait procéder pour son compte à l’embouteillage. Ce qui veut dire que l’embouteilleur n’est pas forcément le récoltant, ça peut être un négociant par exemple.

L’identité peut aussi être remplacée par un code, “code emballeur” mais dans ce cas apparaîtra impérativement le nom et l’adresse d’une autre personne incluse dans le circuit commercial.

 

7 - Le volume nominal c’est le volume de liquide présent dans la bouteille. Il est exprimé en litre, centilitre ou millilitre. La contenance la plus courante est de 75cl.

 

8 - La dénomination de vente 

Il existe 2 catégories :

- Les vins sans indication géographique (SIG) : mention "Vin de France"

- Les vins avec une indication géographique (IG) : mention IGP et mention AOP/AOC

 

Petit tableau récapitulatif : 

DENOMINATION DE VENTE

 Vins Sans Indication   Géographique - SIG

 - Mention "Vin de France"
 Vins avec Indication   Géographique - IG

 - Mention "IGP" - Indication Géographique    Protégée 

 - Mention " AOP"/"AOC"- Appellation     d'Origine Protégée / Appellation d'Origine   Contrôlée

 

Parlons déjà des vins Sans Indication Géographique (SIG) :

Ces vins sont nommés "Vin de France", cette mention figure sur les étiquettes depuis 2009, date de sa création. Elle remplace l’ancienne mention "Vins de table". Dans la hiérarchie des dénominations, on pourrait dire qu'elle forme la base du classement. Ce sont des vins du quotidien. Les raisins peuvent provenir de plusieurs endroits; c’est pourquoi vous ne trouvez pas sur l’étiquette d’indication géographique précise. Elle vous permet seulement de savoir dans quel pays ce vin a été collecté et transformé. 

Doit aussi être mentionnée, la dénomination de la catégorie de produit de la vigne. Le mot “vin” doit figurer sur l’étiquette. Par contre, le producteur peut tout de même indiquer le cépage et le millésime du vin (l’année). Cependant, il ne pourra pas mentionner "château" ou “domaine”.

Vous allez souvent retrouver des marques faciles à identifier, connues du grand public qui vous garantissent un goût régulier. Ce qui peut vous rassurer dans le choix de votre vin. 

Vous pouvez aussi trouver de bons vins de vignerons qui cherchent une plus grande autonomie dans la viticulture et l’élaboration de leur vin.

 

Et les vins avec Indication Géographique (IG) ?

 Les raisins sont récoltés et vinifiés au sein d’une aire géographique définieCe peut être une production locale, départementale ou régionale. Les conditions de production sont établies dans des cahiers des charges homologués par l’Etat français puis soumis à la Commission européenne.

Commençons par l'Indication Géographique Protégée (IGP), créée en 2009, elle remplace la dénomination "Vin de Pays". Les "vins de Pays" avaient vu le jour à la fin des années soixante, l’objectif était de mettre en avant des productions en dehors des AOC. Cette officialisation en IGP des "Vins de Pays" par l’union européenne fut une belle récompense pour les producteurs qui s'étaient beaucoup investis. D'ailleurs la mention “Vin de Pays” peut toujours figurer sur les étiquettes.

Les règles de production, les cépages, la zone géographique sont soumis à la législation, mais elles sont moins contraignantes et moins strictes que pour les vins AOP/AOC. 

Passons maintenant aux mentions Appellation d'Origine Protégée / Appellation d'Origine Contrôlée (AOP / AOC) : Mais quelle est la différence entre l'AOP et l'AOC ? L'AOC est une mention française créée en 1947. Bien connue des consommateurs, elle garantit la qualité d'un produit de terroir et valorise les produits agricoles comme le vin qui est lié à un terroir et à un savoir-faire spécifique. L'AOP quant à elle, est née en 2009, c'est un signe européen qui remplace la mention française AOC. Le vigneron est autorisé à utiliser les 2 mentions. Ce qui veut dire que dans le choix de votre bouteille il n'y a pas de différence pour vous entre une AOP et une AOC. 

Le vin étant lié à un terroir et à un savoir-faire spécifique, chaque appellation peut fixer les conditions de production dans son propre cahier des charges. Elle décide des cépages, détermine les rendements maximum, les zones et les techniques de production, l'élaboration des vins. Les AOP/AOC, vous garantissent une origine (territoire délimité) et un respect des règles de production. Les vins doivent être vinifiés et embouteillés sur l’aire de L’AOP/AOC.

 

En conclusion, si l'Indication Géographique (AOP/AOC et IGP) peut être un signe de qualité pour le choix d’un vin, n’oubliez pas que le travail du vigneron peut être différent dans une même appellation et que la qualité du vin peut s’en ressentir. 

Il en va de même pour les vins Sans Indication Géographique (Vins de France), vous avez dans cette désignation de très bons vignerons plus libres dans leur créativité, l’élaboration de leur vin, l’assemblage des raisins, le choix des cépages…

étiquette vin

Voici les mentions facultives :

L’objectif de ces mentions est souvent commercial. Là aussi elles font l’objet d’une réglementation et dans le cas où elles ne sont pas réglementées, le producteur doit toujours être en mesure d’en justifier leur utilisation.

- Sachez que le vigneron n’est pas obligé de mentionner le millésime sur l’étiquette. Le millésime est l’année de vendange du raisin. Si l'année est souvent indiquée, c’est qu'elle apporte une information appréciée par les amateurs de vin. Certains millésimes étant plus recherchés que d’autres (considérés comme meilleurs que d’autres années). Ça vous permet aussi de savoir si le vin est jeune ou pas  et si vous devez le consommer dans l’année ou si vous pouvez le garder. Mais attention le producteur ne peut indiquer le millésime que si au moins 85 % des raisins récoltés le sont pour l’année mentionnée.

- Le nom du ou des cépages n’est pas obligatoire sur l’étiquette. Si un producteur souhaite le ou les indiquer il devra respecter la réglementation. Par exemple, s’il souhaite indiquer uniquement un seul cépage, il ne pourra le notifier que si au moins 85 % des raisins utilisés sont de la même variété.

- Le vigneron peut mentionner certaines méthodes de production. Il peut ajouter des informations sur  la culture de la vigne, les méthodes de production, l’élevage (vieillissement). Si par exemple, il  indique la mention “vendanges manuelles” qui peut être considérée comme un gage de qualité, il doit être en mesure de pouvoir le justifier.

élevage en fût de chêne

Certaines mentions traditionnelles peuvent être ajoutées pour donner des indications sur les méthodes d’élaboration des vins. Comme les mentions «élevé en fût » ou «vieilli en fût » qui peuvent être utilisées lorsque le vin a été vieilli dans un contenant en bois. Seuls les vins  AOP /AOC ou IGP sont autorisés à utiliser cette mention et sous certaines conditions bien spécifiques. Cette information peut vous guider dans le choix de votre vin, car l’élevage en fût apporte des arômes bien particuliers au vin comme le clou de girofle, le pain grillé, la vanille… 

 

vignoble

- Le producteur ne peut faire référence à un nom d'exploitation (Château, Domaine, Clos, Mas etc.) que si son vin bénéficie d'une AOP / AOC ou d'une IGPDe plus, le vin doit avoir été récolté et vinifié exclusivement dans le domaine ou la parcelle mentionnée. Lorsque le vigneron mentionne un nom d'exploitation, c'est intéressant pour le consommateur, puisqu'il lui permet de connaître l’origine exacte des raisins.

Le vigneron peut afficher la teneur en sucre pour un vin tranquille en se référant à la réglementation. Le vin sera mentionné sec si la teneur en sucre ne dépasse pas 4 g par litre. Pour le demi sec, elle doit être entre 4 et 12 g par litre. Le moelleux est entre 12 et 45 g par litre. Le doux dépasse 45 g par litre.

 

Et les médailles provenant de concours ?

Les distinctions ou médailles attribuées lors d’un concours peuvent figurer sur l’étiquetage, à condition que le concours soit inscrit sur une liste établie par le Ministère de l'Economie et des Finances, et définis par des modalités bien précises. Si ces médailles ont un impact sur les ventes quand elles sont affichées, elles ne sont pas forcément gage de qualité. Chaque concours à sa propre organisation et ses propres barèmes pour élire des vins en médailles d’or ou d’argent. Et la compétition n’a lieu qu’entre les vins présentés au concours; ce qui exclut les autres vins…

 

Et les vins biologiques ?

Depuis le 1er août 2012,  les vins bio bénéficient d’une certification. Est indiqué sur l’étiquette la mention « vin biologique ». Le logo biologique européen, représenté par l’Eurofeuille est obligatoire, par contre le logo français AB n’est plus obligatoire. Seuls les domaines et les vins certifiés bio peuvent indiquer ces logos !  

Selon la réglementation européenne, le producteur bio ne doit pas utiliser de produits de synthèse, comme les pesticides, les engrais chimiques en viticulture. Il doit remplir un cahier des charges très précis et respecter certaines restrictions en termes de vinification, notamment pour la teneur en sulfites qui est limitée en fonction du type de vin. Le taux maximum autorisé en soufre est moins élevé que celui des vins conventionnels. 

D’autres labels français ont aussi été créés. Ils vont plus loin dans l’application du bio que la réglementation européenne, comme le label Demeter qui revendique la biodynamie. Et aussi le logo de Biodyvin qui mentionne que les vins ne sont produits qu'à partir de raisins biodynamiques et certifiés par Ecocert.

vignoble

 

Et pour les vins naturels ?

La mention autorisée est un label “vin Méthode Nature”. C’est un vin bio certifié qui exige des vendanges manuelles et 100 % des raisins doivent être issus de l’agriculture biologique. Dans la conception du vin, les levures sont indigènes (fermentation sans levure ajoutée). Aucun entrant n'est toloré et  les techniques stérilisantes ou altérantes doivent être absentes. La quantité de sulfites doit être inférieure à 30 mg par litre.   

 Le label “Vin Méthode Nature” est renouvelé chaque année et pour chaque cuvée suite à un  contrôle interne du Syndicat et sur la déclaration sur l’honneur du vigneron adhérent. 

Si vous choisissez un “vin méthode nature”, sachez que les vins naturels restent un peu plus sensibles aux transports et leur conservation peut être plus fragile qu'un vin conventionnel (en raison de sa méthode d’élaboration déjà évoquée).

 

 En bref, ça vaut le coup de s'attarder un peu sur la lecture des étiquettes pour faire un choix. Exercez- vous à les décrypter et cet affichage vous deviendra très vite familier. Bien sûr, rien ne vous empêche de consulter le site internet du producteur et évidemment, vous l’avez compris, tout ça ne suffit pas pour se rendre compte de la qualité d’un vin, le mieux c’est de pouvoir le déguster pour se faire une opinion… avec modération bien entendu.

Valérie 

 L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

 

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Boutique propulsée par Wizishop

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

J'ai déjà un compte,